DESIGN MIAMI/ BASEL

Bâle, 10 - 16 juin 2019

STAND G44
Pour cette quatorzième édition, la galerie Patrick Seguin présente une sélection de pièces emblématiques de Jean Royère et de Pierre Jeanneret.

Cette année, la galerie expose une très belle sélection de meubles de Jean Royère dans une scénographie qui restitue l’esprit du décorateur. L’ensemble des pièces présentées, parmi lesquelles une paire de fauteuils Ours Polaire – création phare de l’histoire du mobilier du XXème siècle – un très beau salon Club, une grande table basse ruban surmontée d’une très belle applique Bouquet, une délicate et rare console Anneaux témoigne de l’extraordinaire créativité de Jean Royère, de la diversité de ses inspirations et de son influence sur les arts décoratifs jusqu’à nos jours.

Au détour de cet élégant salon, une sculpturale installation évoquant les architectures de Le Corbusier à Chandigarh offre un aperçu des différents sièges dessinés par Pierre Jeanneret pour les bâtiments administratifs et publics de la ville, rendant compte des multiples variantes et fonctionnalités de ces créations iconiques : fauteuil Easy, chaise Librairie, fauteuil Office, chaise Type, chaise Écritoire, fauteuil Senat, etc.
Autres pièces maitresses : une importante table de Pierre Jeanneret ainsi que l’un des rares exemplaires du lampadaire Diabolo conçu par Le Corbusier.

SATELLITE
Pour sa participation à la section Satellite de Design Miami/ Basel, la Galerie Patrick Seguin a choisi de mettre l’accent sur les architectures démontables de Jean Prouvé auxquelles elle se consacre depuis de nombreuses années et dont elle possède la plus large collection réunie à ce jour.

Considérant qu’il n’y a pas de différence entre la construction d’un meuble et celle d’un immeuble, Jean Prouvé (1901-1984) développe une « pensée constructive » basée sur une logique de fabrication et de fonctionnalité. Les structures produites en petites séries dès les années 1930, sont assemblées et articulées par des mécanismes astucieux permettant aux meubles comme aux bâtiments d’être aisément modifiés, démontés ou déplacés.
Cette démarche pionnière est sous-tendue par un idéal social qui se préoccupe de produire en série des objets industriels contribuant au bien-être de leurs usagers : la « maison usinée », légère et rapidement montée, est conçue pour s’adapter aussi bien à des conditions de vies extrêmes qu’à une affectation familiale ou ludique ; de même, les multiples déclinaisons de panneaux complexes, standardisés et combinables visent à diversifier l’usage de bâtiments dont ils améliorent également le confort.
Derrière une apparente simplicité se cache un perfectionnisme technique qui exploite toutes les ressources des matériaux choisis et les met en œuvre selon un processus atypique, initié par l’expérimentation, dans un souci d’économie, de légèreté et d’évolutivité.
Grâce à leurs qualités d’adaptation et à la capacité d’anticipation de leur créateur, les bâtiments et éléments architecturaux de Jean Prouvé, pour la plupart conçus dès l’origine comme provisoires, mobiles ou amovibles, s’affichent comme une réponse alternative plausible aux questionnements actuels en matière d’environnement.

Sur le stand, à l’intérieur d’une Maison 6x9m dite des « sinistrés de Lorraine », sont présentées les maquettes des différentes architectures démontables de Jean Prouvé : Maison SCAL (1940), Maison BCC 8x8m (1941), Maison 6x6m (1944), Maison 6x9m (1944), Maison 8x8m (1945), Maison Ferembal (1948), Bureau d’Études Maxéville (1948), Maison Métropole (1949), École de Bouqueval (1950), Maison des Jours Meilleurs (1956), École Provisoire de Villejuif (1957), Station-service (1969).
En complément de ces maquettes, des images d’archives, des plans et des photographies permettent de replacer la pensée constructive de Jean Prouvé dans le contexte de son époque. Sont également exposés trois portiques, éléments d’architecture mettant en évidence la diversité des structures conçues par Jean Prouvé. Un film montrant les différentes architectures montées à l’occasion de l’exposition « Jean Prouvé, architecte des Jours Meilleurs » à la Fondation Luma à Arles (Octobre 2017-Mai 2018) est également projeté sur le stand.