EN  |
Follow      | Newsletter  | 

 

Créée en 1989, la GALERIE PATRICK SEGUIN se situe à la Bastille, dans un espace de 300 m2 architecturé par JEAN NOUVEL (Pritzker Prize 2008). La galerie a révélé le talent de designers français tels que JEAN PROUVÉ, CHARLOTTE PERRIAND, PIERRE JEANNERET, LE CORBUSIER et JEAN ROYÈRE.

Plus particulièrement spécialisée dans l’œuvre de Jean Prouvé, la Galerie Patrick Seguin mène un travail rigoureux pour faire connaître aussi bien son mobilier que ses maisons démontables. La galerie rassemble aujourd’hui la plus importante collection de ces maisons démontables, pour la plupart uniques ou produites à très peu d’exemplaires.

La qualité des œuvres sélectionnées par Patrick Seguin, ainsi que leur mise en scène didactique et soignée, ont donné lieu à des expositions inédites ; grâce à son expertise, la galerie a été sollicitée par des musées de prestige international comme le Centre Pompidou et le Musée des Arts Déco à Paris, le Moma à New York, la Biennale d’architecture de Venise, et le Musée des Beaux Arts de Nancy, pour collaborer à leurs expositions.
En 2017, Patrick Seguin a été nommé Chevalier de l’ordre des Arts et des Lettres par le Ministère de la Culture. Cette décoration lui a été remise par Monsieur Jack Lang, ancien Ministre de la Culture.

La galerie a également développé une importante ligne éditoriale d’ouvrages monographiques qui accompagnent son programme (Jean Prouvé, Jean Royère, Le Corbusier – Pierre Jeanneret – Chandigarh, Jean Prouvé Architectures…).

Parallèlement à une programmation consacrée au mobilier d’architecte et aux maisons démontables de Jean Prouvé, la Galerie Patrick Seguin invite chaque année, pendant la FIAC, des galeries internationales d’art contemporain pour une exposition carte blanche dans son espace parisien (Jablonka, Hauser & Wirth, Gagosian, Presenhuber, Sadie Coles, Massimo De Carlo, Paula Cooper, Kurimanzutto, Luhring Augustine, Karma, Ivor Braka, Campoli Presti, David Kordansky & Gavin Brown’s entreprise).

 



NEWS - DESIGN MIAMI/ PODIUM X SHANGHAI/ jusqu’au 14 nov. 2021

A l’occasion de DESIGN MIAMI/ PODIUM X SHANGHAI/, la Galerie Patrick Seguin présente une sélection d’oeuvres de JEAN PROUVÉ.

Cette première édition consacrée au design de collection en Asie, se déroulant en parallèle de la foire Shanghai Art Week, se tiendra au sein du très bel espace “No.1 Waitanyuan”.

Sous la direction du Directeur de la conservation Aric Chen et de la Commissaire d’exposition adjointe Violet Ruhui Wang, cette première édition explore le thème “Wu Gan: The Art of Design”. L’exposition, présentant des pièces de design rares et exceptionnelles du 20ème siècle, souligne le lien entre objets et environnements ainsi que les expériences esthétiques, émotionnelles et spirituelles qu’ils transmettent.

Selon Chen, “A travers la majeure partie de l’Histoire chinoise, peu de distinction était faite entre ce que l’on considère de nos jours comme des domaines distincts, l’art et le design. C’est seulement lors de la Révolution Industrielle en occident que le design est associé à la production de masse, à la forme, à la fonction – une définition restrictive qui s’est à nouveau étendue au cours des dernières décennies, tout comme les définitions de l’art. En soulignant les discours, procédés, et idéologies.”

No. 1 Wai Tan Yuan
No. 33 Zhongshandongyi Road, Bund 33
Shanghai

NEWS - Pavillon de l’Arsenal

Ce Jeudi 21 octobre, à travers une exposition intitulée « L’Empreinte de l’habitat », le Pavillon de l’Arsenal s’est engagé à mettre en avant un siècle de projets architecturaux parmi lesquels certains projets devant leur renommée aux architectes ayant su prendre en compte l’impact de leurs créations sur le monde environnant.

Parmi les grands architectes mis à l’honneur lors de cet événement, JEAN PROUVÉ et PIERRE JEANNERET seront représentés, avec le concours de la Galerie Patrick Seguin, par la maison démontable BCC de 1942, archétype par excellence des différentes architectures expérimentales de construction légère des pays industrialisés.

L’empreinte carbone, l’épuisement des ressources, la délimitation de l’espace étant autant de considérations que Jean Prouvé et Pierre Jeanneret ont su intégrer au coeur de leur continuelle recherche d’amélioration de leurs procédés de construction.

Durant la période de 1941 à 1943, l’épuisement des ressources d’acier incitera Jean Prouvé et Pierre Jeanneret à répondre à la demande de logements avec une version majoritairement fabriquée en bois. L’utilisation du portique axial, créé par Jean Prouvé en 1938, accordera au sein de la structure une grande liberté d’organisation de l’espace intérieur en affranchissant le logement de cloisons prédéfinies. Cette ingéniosité permettra d’optimiser les performances d’un matériau en déclinant différemment les ressources d’une technique établie.

La maison démontable BCC réalisée en 1942 par Jean Prouvé et Pierre Jeanneret s’inscrit parfaitement dans la quête de légèreté et de modularité du nouvel habitat idéalisé entre les années 1920 et 2020.

NEWS - FIAC DESIGN 2021

Dans le cadre de la Fiac du 21 au 24 octobre, la GALERIE PATRICK SEGUIN présente une sélection de pièces iconiques de JEAN PROUVÉ, CHARLOTTE PERRIAND, PIERRE JEANNERET, LE CORBUSIER et JEAN ROYÈRE.

Soucieux de la cohérence entre forme et fonction, et désireux d’exclure tout détail superflu, JEAN PROUVÉ, CHARLOTTE PERRIAND, PIERRE JEANNERET et LE CORBUSIER ont donné naissance à un mobilier et une architecture modernes, anticipant les nouveaux modes de vie qui se généralisent à l’approche des années 50.

Ainsi, les lignes pures de la bibliothèque type Antony (un des 150 exemplaires réalisés pour la Cité Universitaire d’Antony), d’un Guéridon GH11 qprovenant de la collection d’une des filles de Jean Prouvé, Françoise, entouré de trois chaises noires Métropole, ou encore de la table basse Forme Libre de Charlotte Perriand, illustrent ce nouvel esprit par leur élégante simplicité. De même, le mobilier créé par Pierre Jeanneret pour la ville de Chandigarh, comme l’élégant Sofa et les chauffeuses Easy, ou encore ce très rare lampadaire Diabolo de Le Corbusier, témoigne de la modernité constante de ces créations.

En revanche, prendre le contre-pied de la rigueur affichée en y injectant de la fantaisie, de l’humour, de la métaphore et de la couleur, a permis à JEAN ROYÈRE de bousculer allègrement les leçons du fonctionnalisme, comme l’illustrent le majestueux lustre Bouquet à 8 branches et une rare chaise Visiteur du Soir.

NEWS - Visite virtuelle de 5 maisons démontables de Jean Prouvé

Visite virtuelle de 5 maisons démontables de Jean Prouvé remontées dans le sud de la France au cœur d’une forêt de chênes-lièges.

JEAN PROUVÉ est arrivé à l’architecture par des voies détournées : son esprit créatif l’ayant amené à concevoir des éléments de construction techniquement innovants, il en est rapidement venu, grâce à la confiance témoignée par les architectes, à la conception globale de bâtiments et à la mise au point de procédés constructifs. Des qualités comme la légèreté, la mobilité ou la démontabilité, lui ont permis de répondre au programme de relogement d’urgence de l’après-guerre tout en testant les procédés en vue d’améliorations pouvant conduire à une production de logements définitifs.

Maisons démontables 6×6 et 6×9, 1944
À la fin de la Seconde Guerre mondiale, le ministère de la Reconstruction demanda à Jean Prouvé de concevoir des pavillons déplaçables destinés aux sinistrés des régions de l’Est dont les habitations avaient été détruites. La surface de 6×6 mètres fixée par le ministère de la Reconstruction, puis élargie à 6×9 mètres, était divisée en trois pièces immédiatement habitables le jour du montage.

Maison démontable 8×8, 1945
En 1945, Jean Prouvé améliora sensiblement le principe de base de ses logements d’urgence pour les sinistrés de Lorraine et développa une maison de 8×8 mètres, dont le portique axial, inscrit sur une trame de 4 m correspondant à la capacité de pliage de la presse de l’usine de Maxéville, permettait une grande quantité de déclinaisons. Seuls deux prototypes seront réalisés.

Bureau d’études Maxéville, 1948
Conçue comme un modèle de démonstration qui devait convaincre le public des vertus de l’habitat préfabriqué, cette maison semi-métallique était un modèle parfaitement abouti, mais n’a pas trouvé le succès escompté. Cet exemplaire fut installé sur le site de l’usine de Maxéville, où il devint le bureau d’études des Ateliers Jean Prouvé.